Qu’est-ce qu’un syndicat et quel est son rôle ?

933
hands, team, united

Les travailleurs sont représentés par diverses associations qui ont pour objectif de les défendre et d’améliorer leurs conditions de travail. Au sein d’une entreprise, ces groupements jouent un rôle d’intermédiaire entre les employeurs et les employés. Le syndicat fait partie de l’une de ses associations bien définies et présentes à différents niveaux. Nous vous présentons dans cet article les différents rôles effectués par un syndicat.

Syndicat : qu’est-ce que c’est concrètement ?

Un syndicat est une association qui regroupe un nombre donné de personnes prêtes à défendre les intérêts communs de tous. Lorsqu’il intervient dans le domaine professionnel, il prend le nom de syndicat professionnel. À cet instant, il représente soit des salariés, soit des employeurs. Dans le cas où le syndicat s’intéresserait aux employés, il prend en compte leurs besoins sur le plan professionnel et s’intéresse à leurs droits de diverses manières.

A lire en complément : Comment se préparer pour un examen de conduite de poids lourds ?

Le terme de syndicat est souvent utilisé pour désigner de différentes réalités. Ainsi, nous distinguons le syndicat d’entreprise des organisations syndicales en général. Le premier fait par exemple intervenir des travailleurs qui s’associent pour exprimer l’ensemble des voies des salariés. Toutefois, les organisations syndicales agissent plus sur le plan national et au nom de la population. Ainsi, il existe un syndicat à tous les niveaux de la société. Nous avons donc :

    A voir aussi : Est-ce que je peux travailler pendant mon chômage technique ?

  • Des sections syndicales disponibles au sein d’une entreprise ;
  • Des fédérations présentes dans les divers secteurs d’activité ;
  • Des unions locales, régionales ou encore départementales représentant l’ensemble d’un territoire ;
  • Les confédérations qui agissent au niveau national.

L’objectif commun de tous les syndicats est de représenter des individus et de défendre des valeurs. Ils vivent principalement de cotisations des membres, des aides ou encore de quelques subventions fournies par l’État.

Rôle d’un syndicat

Un syndicat pose des actions pour atteindre des objectifs fixés au préalable. Ces objectifs sont déterminés sur la base des besoins recensés au niveau des travailleurs. Le syndicat se sert de divers moyens comme la négociation ou le dialogue pour amener les organes paritaires à adhérer à leurs revendications. Rappelons que les organes paritaires sont constitués à parts égales des représentants des employeurs et de ceux des employés.

Représentation des salariés

La première des fonctions d’un syndicat est de représenter les salariés d’une entreprise ou de tout un pays. Ce groupe d’individus va d’abord identifier les problèmes rencontrés par les travailleurs, les analyser puis déterminer ceux qui sont communs à tous. Les syndicats prennent ensuite part aux réunions des organes paritaires puis communiquent à ces derniers les problèmes recensés plus tôt. À la fin, ils doivent faire un retour aux travailleurs puis s’assurer qu’ils sont tous au même niveau d’informations.

Rôle de gestion et intervention dans le dialogue social

Les syndicats gèrent plusieurs aspects dans la vie professionnelle des salariés. En effet, ils peuvent s’occuper des diverses allocations familiales, des mutuelles santé ou encore des retraites. Certains sont en mesure de mettre en place au sein d’une entreprise un système d’indemnisation aux salariés, en cas d’éventuelles déconvenues. Par ailleurs, le syndicat sert d’intermédiaire entre les travailleurs, les embaucheurs et l’État au niveau national.

Les avantages et inconvénients d’adhérer à un syndicat

Adhérer ou non à un syndicat, telle est la question que se posent plusieurs travailleurs. Il faut savoir qu’il y a des avantages et des inconvénients dans l’un comme dans l’autre cas.

Le principal avantage qui ressort de l’adhésion à un syndicat, c’est la possibilité de bénéficier du soutien juridique en cas de besoin. Les membres sont accompagnés par le conseil juridique lorsque les contestations liées au contrat, aux salaires ou encore aux sanctions disciplinaires surviennent. Ce regroupement permet aussi aux salariés peu actifs sur le plan politique de prendre part aux décisions touchant leur vie professionnelle. Effectivement, ils ont maintenant une voix qui porte haut devant les organigrammes patronaux. Les syndicats sont capables d’informer leurs adhérents sur divers aspects du monde professionnel tels que les évolutions légales, les changements sociaux et politiques ou encore économiques relatifs au domaine professionnel concerné.

Inconvénients d’adhérer à un syndicat

Certains salariés considèrent qu’appartenir à un groupe organisé tue l’esprit individuel propre à chaque travailleur. Selon eux, la présence d’un syndicat impose une certaine pression sur les membres qui peuvent être amenés à prendre position contre leur gré.

D’autre part, il peut arriver que certains employeurs aient des réserves quant aux salariés faisant partie d’une telle organisation. Effectivement, l’employeur risque de se sentir malmené par le groupe qui est capable de bloquer les activités professionnelles s’il ne donne pas satisfaction aux revendications soulevées.

Adhérer ou non à un syndicat, c’est une décision personnelle qu’il faut prendre en connaissance de cause et selon ses attentes vis-à-vis du monde professionnel.
N.B. : Les avantages et inconvénients cités ne sont pas exhaustifs.

Comment choisir le syndicat le plus adapté à ses besoins et ses valeurs

Comment choisir le syndicat le plus adapté à ses besoins et ses valeurs ?

Si vous envisagez d’adhérer à un syndicat, pensez bien à réfléchir au choix de l’organisation que vous voulez intégrer. En effet, chaque syndicat possède sa propre idéologie et stratégie pour défendre les droits des travailleurs. Voici quelques critères qui peuvent vous aider dans votre choix.

Les valeurs du syndicat

Cette première étape consiste à déterminer quelles sont vos convictions personnelles en matière de vie professionnelle et quelle est la philosophie du groupe avec lequel vous souhaitez adhérer.

Dans cette optique, nous recommandons aux futurs membres de se pencher sur les positions prises par leurs éventuels représentants lors des négociations précédentes ou encore sur leurs orientations politiques afin d’avoir une idée globale des intérêts que défend ledit groupe.

La question financière

Lorsque vient l’étape où il faut payer sa cotisation annuelle pour faire partie d’un syndicat, pensez bien à prendre en compte ce facteur financier. Chaque organisation a son propre système tarifaire selon les services proposés : aide juridique gratuite ou payante ?

Le rayonnement territorial du syndicat

Pour les salariés ayant besoin d’une présence territoriale forte, le rayonnement géographique peut jouer un rôle crucial dans leur prise de décision. Il s’agit notamment ici d’évaluer la couverture nationale ou régionale du syndicat visé, ainsi que son influence sur le territoire concerné.

La taille et les moyens d’action

Il est aussi préférable de tenir compte de la taille du groupe auquel on souhaite adhérer. Les syndicats disposant d’un grand nombre de membres ont davantage de moyens pour affronter les négociations, proposer des services plus complets à leurs affiliés, etc.

Ceci étant dit, il faut aussi penser aux modes d’action utilisés par l’organisation : forte mobilisation lors des grèves ? Ou plutôt tactique discrète mais efficace lorsqu’il s’agit de faire valoir ses droits en entreprise ? Cela dépendra évidemment des priorités recherchées chez un syndicat.


En définitive, le choix du syndicat doit être réfléchi et adapté à vos besoins personnels. Il ne faut pas hésiter à se renseigner auprès des différentes organisations afin d’avoir une meilleure idée quant aux objectifs propres à chacune.

Les actions et luttes menées par les syndicats

Depuis leur création, les syndicats ont toujours été des acteurs importants dans la vie professionnelle. Ils sont à l’origine de nombreuses avancées sociales telles que la semaine de 35 heures ou encore le droit de grève.

L’une des fonctions principales d’un syndicat est de négocier collectivement avec les employeurs pour améliorer les conditions de travail de ses membres. Cette négociation peut porter sur divers sujets tels que l’augmentation du salaire, la réduction des horaires ou encore l’amélioration des avantages sociaux comme la sécurité sociale complémentaire.

Lorsque ces négociations n’aboutissent pas, certains syndicats peuvent avoir recours au pouvoir symbolique en appelant à des manifestations publiques. Celles-ci ont souvent pour but d’influencer l’opinion publique sur un sujet donné, voire même faire pression sur le gouvernement pour qu’il prenne une décision favorable aux travailleurs concernés.

Dans certains cas plus extrêmes, il peut être décidé d’organiser une grève, qui consiste en un arrêt total ou partiel du travail pendant une période déterminée. Cette action a généralement lieu lorsque toutes les autres tentatives ont échoué et doit être précédée d’un préavis permettant aux employeurs et clients de s’organiser en conséquence.

Les syndicats peuvent aussi fournir une aide juridique à leurs membres. Cette aide peut prendre la forme d’un accompagnement lors d’une procédure disciplinaire, ou encore d’une assistance pour faire valoir ses droits devant un tribunal compétent. Les syndicats ont ainsi souvent recours à des avocats spécialisés dans le droit du travail pour aider leurs adhérents.

Les syndicats sont des acteurs incontournables dans les négociations collectives entre employeurs et salariés. Leur rôle est fondamental dans la mise en place de conditions de travail justement rémunérées et protégées par la loi. Ils permettent aussi à chaque membre de disposer d’un soutien efficace en cas de litige ou de conflit avec leur entreprise.

Syndicats : quels sont les différents types et leurs spécificités ?

Il existe plusieurs types de syndicats, chacun ayant ses propres spécificités. Voici un aperçu des principaux types de syndicats présents en France.

Les syndicats confédérés sont regroupés au sein d’une organisation nationale qui coordonne leur action. Cette coordination permet une plus grande efficacité dans les négociations collectives et la mise en place d’actions communes telles que des mouvements de grève ou des manifestations publiques.

Parmi les grandes confédérations françaises, on peut citer la CGT, FO, CFDT et CFTC. Chaque organisation possède sa propre stratégie politique, même si elles partagent toutes l’objectif commun de défendre les travailleurs.

Contrairement aux syndicats confédérés, les syndicats catégoriels ne représentent pas tous les salariés, mais plutôt une catégorie professionnelle précise telle que le personnel soignant ou encore le secteur du bâtiment.

Ils ont pour objectif principal de défendre les intérêts spécifiques à leur profession, souvent liée à des conditions particulièrement pénibles comme celles rencontrées par exemple chez certains agents hospitaliers ou encore chez certain(e)s enseignant(e)s spécialisé(e)s.

Les fédérations syndicales sont des organisations regroupant plusieurs syndicats d’une même branche professionnelle. Elles ont pour but de mutualiser les moyens et les ressources à disposition afin de mener des actions communes.
Ceci permet entre autres une meilleure coordination des revendications, notamment lorsqu’il s’agit d’obtenir une reconnaissance collective de leurs qualifications ou encore la défense du régime spécial pour certain(e)s travailleurs (notamment ceux travaillant dans le secteur public).

Il existe aussi des syndicats autonomistes qui se distinguent par leur indépendance vis-à-vis des partis politiques classiques et leur volonté affirmée de défendre avant tout les intérêts spécifiques à leur corporation sans être soumis aux pressions extérieures. Ces derniers peuvent ainsi avoir un caractère plus radical dans l’action qu’ils mènent.

Quel que soit le type de syndicat choisi, l’adhésion à un tel organisme garantit une protection solide face aux aléas de la vie professionnelle. Cela passe par l’aide juridique en cas d’injustice subie sur son lieu de travail, mais aussi via une solidarité avec tous les autres travailleurs adhérents au sein d’un collectif communément engagé autour d’un projet social fort : celui du respect et de l’amélioration constante du droit et du bien-être au travail.